514 448‐2928 - ASSOCIATION DES MÉTIERS DE L’ACIER DU QUÉBEC info@amaq.org

NÉGOS 2017

Assemblée générale des membres

Mercredi 20 décembre 2017 à 7h00 AU 8300 BOUL. Métropolitain est, 2ième étage, Anjou

Comité des retraités de la FTQ-Construction / FADOQ

Au nom du comité des retraités de la FTQ-Construction / FADOQ, je tiens à remercier toutes les sections locales affiliées pour les efforts déployés afin d’inciter vos membres âgés de 50 ans et plus à se joindre à notre comité et profiter de tous les avantages offerts en adhérant à la carte FADOQ.

Lire la suite ici

7 BONNES RAISONS D’ÊTRE MEMBRE DU COMITÉ DES RETRAITÉS DE LA FTQ-CONSTRUCTION / FADOQ

1) En solidarité et d’amitié avec les anciens collègues retraités et futurs retraités;
2) Pour conserver le contact avec vos anciens collègues et votre syndicat;
3) Pour rester informé des activités et des formations offertes par le comité des retraités de la FTQ-Construction et de votre club de la FADOQ;
4) Pour obtenir d’intéressants rabais (plus de mille) partout au Québec, pour les activités et pour profiter des privilèges de la FADOQ;
5) Pour appartenir au plus important regroupement d’aînés au Québec (plus de 500,000 membres) grâce à notre affiliation à la FADOQ. Cette dernière s’occupe de défendre les droits des aînés à différents paliers gouvernementaux;
6) Pour recevoir la revue VIRAGE qui est publiée 4 fois par année;
7) La carte FTQ-CONSTRUCTION / FADOQ est maintenant reconnue partout au Québec.

Si vous désirez obtenir des renseignements supplémentaires, n’hésitez pas à communiquer auprès de M. Michel
Chevalier au 514 381-7300 / 1 877 666-4060 ou par courriel à michelwanda@hotmail.com  .
Nous vous invitons à nous suivre sur Facebook www.facebook.com/groups/retraitesFTQconstruction

Cliquez ici pour télécharger le formulaire.

Négociations privées dans l’industrie de la construction – Le gouvernement du Québec ne négociera pas à la place des parties

QUÉBEC, le 27 nov. 2017 /CNW Telbec/ – La ministre responsable du Travail, ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches et députée de Bellechasse, Mme Dominique Vien, annonce la nomination d’un conseil d’arbitrage chargé de trancher les différends concernant la seule des trois tables qui n’a pas encore signé d’entente de principe.

Ceci fait suite aux dispositions prévues par la Loi assurant la reprise des travaux dans l’industrie de la construction ainsi que le règlement des différends pour le renouvellement des conventions collectives, adoptée à la fin mai.

Rappelons que, dans le secteur résidentiel de même que dans le secteur génie civil et voirie, les parties ont conclu des ententes de principe. Seule la table du secteur institutionnel et commercial et du secteur industriel n’a pas signé d’entente.

Citation
« Le gouvernement du Québec a déployé des efforts considérables pour amener les parties patronales et syndicales à une entente négociée. Cependant, il ne négociera pas à la place des parties, qui doivent prendre leurs responsabilités pour que les conventions collectives puissent s’appliquer de façon harmonieuse sur les chantiers. Ainsi, comme dans la loi de mai, seule la clause des salaires sera soumise à l’arbitrage. Nous avons pu constater les défis du cadre de négociations qu’impose la loi R-20. C’est pourquoi je vais convoquer les parties au début de 2018 afin de pouvoir en discuter. »

Dominique Vien, ministre responsable du Travail, ministre responsable de la région de la Chaudière‑Appalaches et députée de Bellechasse

Faits saillants

  • La ministre a pris connaissance, le 3 novembre 2017, du rapport déposé par le médiateur. Elle a ensuite consulté les parties concernant le mode d’arbitrage à déterminer et les matières à soumettre à ce processus.
  • Le conseil d’arbitrage sera formé de trois arbitres.
  • La méthode ainsi que les critères d’arbitrage applicables seront à la discrétion du conseil d’arbitrage.
  • En tout temps, les parties peuvent négocier une entente.
  • La sentence arbitrale liera les parties jusqu’au 30 avril 2021 et ne pourra avoir d’effet rétroactif.
  • Rappelons que plus de 40 rencontres de conciliation et médiation ont eu lieu entre les parties patronales et syndicales des secteurs institutionnel et commercial et industriel.

La FTQ devant la Commission de l’économie et du travail sur le projet de loi n o 149 bonifiant le Régime de rentes du Québec

Québec, le 28 novembre 2017.

Devant les membres de la Commission de l’économie et du travail, la FTQ a souligné que la centrale est en campagne pour la bonification du régime depuis 2009 auprès de dizaines de groupes de la société civile, incluant des groupes de jeunes, d’étudiants et d’étudiantes, de femmes et de personnes retraités. lire plus…

LA FTQ GAGNE UNE BATAILLE IMPORTANTE POUR TOUS LES QUÉBÉCOIS ET QUÉBÉCOISES

Québec s’engage à signer l’accord de Vancouver bonifiant le RRQ

Montréal, le 2 novembre 2017. – Après une lutte qui aura duré plus de huit ans et pour laquelle la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) a réussi à coaliser plus de cent organisations de la société civile, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a finalement annoncé qu’il se rangeait du côté des futurs retraités en entérinant l’accord de Vancouver. lire plus…

Négociation dans l’industrie de la construction : L’Alliance syndicale a tout essayé.

La médiation s’est conclue à minuit le 30 octobre sans qu’une entente n’ait pu avoir lieu dans les secteurs institutionnel-commercial et industriel

Montréal, le 31 octobre 2017 – L’Alliance syndicale n’a pas réussi à conclure une entente au terme de la période de médiation prévue dans la Loi 142, Loi assurant la reprise des travaux dans l’industrie de la construction ainsi que le règlement des différends pour le renouvellement des conventions collectives.

« Depuis le jour 1 de cette négociation, la partie patronale nous a répété qu’elle irait jusqu’à l’arbitrage pour obtenir gain de cause. C’est donc sans surprise qu’ils ont conservé leurs demandes abusives jusqu’à la fin de la période de médiation » a indiqué Michel Trépanier, porte-parole de l’Alliance syndicale de l’industrie de la construction. « Dans ces circonstances, il a été impossible d’en arriver à une entente. Nous n’avons donc d’autre choix que d’attendre la décision de la ministre en espérant qu’elle prendra en considération le bien-être des travailleurs et de leurs familles » a poursuivi le porte-parole de l’Alliance syndicale. lire plus…

Fonds de solidarité FTQ

Montréal, le 5 juillet 2017 – Pour son exercice annuel terminé le 31 mai 2017, le Fonds de solidarité FTQ affiche un résultat global (profit) de 1,085 milliard de dollars au bénéfice de ses 645 000 actionnaires-épargnants. Il s’agit de la première fois que le résultat global annuel du Fonds dépasse le milliard de dollars. La valeur de l’action atteint maintenant 37,88 $, représentant un rendement annuel à l’actionnaire de 9,1 %. L’actif net augmente à 13,1 milliards de dollars.

Les rendements composés annuels à l’actionnaire du Fonds (sans tenir compte des crédits d’impôt) sont de 9,1 % pour 1 an, 7,7 % pour 3 ans, 7,3 % pour 5 ans et 4,1 % pour 10 ans.

Au cours de l’exercice, le Fonds a par ailleurs investi 873 millions de dollars en capital de développement auprès d’entreprises à impact économique québécois.

AVIS IMPORTANT – A LIRE ATTENTIVEMENT

CHANGEMENT AU RÉGIME DE RETRAITE DE L’INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION

Vous recevrez sous peu une lettre de la CCQ concernant les changements qui seront apportés à votre régime de retraite.

Vous aurez une décision à prendre avant le 31 décembre 2017CONCERNANT VOTRE RÉGIME !

Nous vous invitons à lire attentivement le document suivant et de nous contacter si vous avez des questions ou si vous avez besoin de plus d’informations.  Il nous fera plaisir de vous aider.

À LIRE………..

Message aux associations patronales et syndicales

Nous tenons à vous informer qu’un nouveau volet du service de dépôt direct sera offert pour les travailleurs et travailleuses de l’industrie de la construction. En effet, la Commission de la construction du Québec (CCQ) améliorera son service de dépôt direct, en y ajoutant le paiement des congés et jours fériés payés, mieux connu sous le nom de chèques de vacances. Notez que certains clients reçoivent déjà des versements par voie électronique de la part de la CCQ, pour d’autres services.

Dès le 22 juin 2017, le dépôt des congés et jours fériés payés pourra être fait électroniquement dans le compte bancaire indiqué au dossier du client, s’il y est admissible. Ce déboursé s’effectue deux fois par année, soit au mois de juin et au mois de novembre.

Pour recevoir le déboursé de juin par le biais du service de dépôt direct, le client doit s’inscrire au service de dépôt direct de la CCQ avant le 31 mai 2017, en accédant à son compte dans les services en ligne, dans la section « Dépôt direct ». S’il s’inscrit après cette date, il recevra son déboursé de congés payés de juin par chèque, acheminé par la poste, et recevra son déboursé de congés payés de novembre par voie électronique. De plus, les autres déboursés déjà offerts par le service de dépôt direct seront également applicables.

La Direction des communications
Commission de la construction du Québec

La FTQ commente le budget québécois 2017-2018

« Un budget à saveur préélectorale qui s’inscrit encore dans une logique d’austérité. » –Daniel Boyer, président de la FTQ

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) est déçue du dernier budget du gouvernement du Québec. « Bien qu’on augmente les dépenses en santé et en éducation, la FTQ rappelle que l’austérité dans laquelle les libéraux ont plongé le Québec a déjà fait d’importants dégâts. Nous comprenons que ce gouvernement est en rattrapage avant les élections, mais il faudra en faire plus pour réparer tout le gâchis des dernières années. Dans les faits, les sommes annoncées sont inférieures à ce qui a été coupé. Il ne faut pas croire qu’on est sorti de la spirale de l’austérité », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Lire la suite (PDF)

 

La baisse d’activité se poursuit en 2017

L’industrie de la construction poursuit son cycle baissier en 2017

L’activité dans la construction assujettie à la Loi sur les relations du travail, la for- mation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction (Loi R-20) a subi un recul modéré en 2016, avec 141,1 millions d’heures travaillées. Bien que le volume absolu soit légèrement plus grand qu’en 2015, il s’agit réellement d’une baisse de 1,6 %, puisque l’année 2016 comptait cinq jours ouvrables de plus1 . Cette performance fait suite à trois années consécutives de baisse. Pour comparaison, le niveau des heures tra- vaillées en 2016 se situe un peu en dessous de la moyenne des 10 dernières années, qui est de 143,3 millions d’heures.

En savoir plus

Un nouveau sommet historique

Nous sommes heureux de vous annoncer que la valeur de l’action atteint maintenant 36,11 $, un nouveau sommet historique. Il s’agit d’un rendement de 7,5 % par rapport à la valeur de janvier 2016.

Au cours du dernier semestre, le Fonds a investi 287 millions de dollars au Québec. L’actif net atteint maintenant 12,2 milliards. Encore une fois, nous pouvons dire que c’est payant d’investir au Québec!

Merci de faire partie de nos 618 000 actionnaires-épargnants qui nous permettent de faire tourner l’économie d’ici!

Gaétan Morin
Président et chef de la direction

Changements récents à l’assurance-Emploi et une mise en garde

Septembre 2016
Changements récents à l’assurance-emploi

Depuis l’élection du gouvernement libéral de Justin Trudeau, celui-ci a réalisé presque toutes les promesses électorales qu’il avait faites durant la campagne en ce qui a trait au programme d’assurance-emploi. Et ce sont de bonnes nouvelles pour les travailleurs et les travailleuses contrairement à la période Harper. Dans les pages suivantes, nous vous présentons ces principaux changements et nous vous faisons une mise en garde quant à un règlement existant qui est maintenant appliqué de façon beaucoup plus stricte, au point de pouvoir faire perdre le droit de toucher des prestations d’assurance-emploi.

Lisez la suite ici

Construire en santé

sante2016

Rentrée scolaire et interventions précoces

La rentrée scolaire est de nouveau à nos portes… Saviez-vous que les enseignants rapportent que lorsqu’arrive septembre, la plupart des enfants ont oublié une partie de ce qu’ils ont appris l’année précédente?

Votre programme d’aide aux employés et à la famille peut vous aider. Des rencontres en orthopédagogie, dès la rentrée, pourraient permettre à votre enfant d’être plus confiant pour amorcer sa nouvelle année scolaire et ainsi diminuer de façon considérable son anxiété.

Notre professionnels travaillent en collaboration avec le milieu scolaire et feront équipe avec vous afin de s’assurer du transfert des stratégies apprises et ce, tout au long de l’année scolaire.

Composez le 1 800 807-2433 dès aujourd’hui pour savoir comment nous pouvons aider votre enfant.

La FTQ-Construction propose des solutions pour faciliter le déroulement des prochaines négociations dans le secteur de la construction

Au sortir d’une rencontre prolongée du Bureau de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), la FTQ-Construction a dévoilé deux mesures qu’elle estime nécessaires afin de faciliter le déroulement des prochaines négociations dans le secteur de la construction. Ces deux propositions sont l’application rétroactive du contrat de travail à la date d’échéance de la précédente convention collective, de même que l’application des dispositions contre les briseurs de grève dans l’industrie de la construction.

Afin d’appuyer ses revendications, le plus important syndicat de la construction lance une importante pétition pour convaincre le gouvernement de moderniser la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’oeuvre dans l’industrie de la construction (loi R-20).

Rétroactivité

La construction est le seul milieu de travail au Québec où il est interdit de négocier des clauses de contrats de travail qui s’appliqueraient rétroactivement à la signature de la précédente convention collective. Dans ce contexte, la partie patronale a tout avantage à faire traîner les négociations en longueur afin d’éviter d’avoir à verser aux travailleurs les gains qui pourraient être obtenus à la fin des négociations.

« À chaque négociation, il y a un délai interminable entre la fin de la convention collective et la signature de la nouvelle. Au cours des dix dernières années, ce sont des centaines de millions de dollars qui ont ainsi été perdus par les travailleurs de la construction. Aucune raison ne justifie que notre industrie soit la seule à ne pas pouvoir négocier des clauses rétroactives », dénonce Arnold Guérin, président de la FTQ-Construction.

president-arnold_guerin_mot

Dispositions anti-briseurs de grève

Même si les dispositions anti-briseurs de grève sont bien intégrées dans les relations de travail au Québec depuis près de 40 ans, ces dispositions ne s’appliquent toujours pas aux travailleurs de la construction. Lors de la grève de la construction en 2013, plusieurs travailleurs ont découvert avec stupéfaction que leur employeur était libre d’embaucher des briseurs de grève pour continuer les travaux sur un chantier pendant un conflit de travail, ou même demander aux travailleurs de ne pas respecter le mandat de grève.

La FTQ-Construction rappelle que les dispositions anti-briseurs de grève ont été adoptées dans le Code du travail en 1977, à la suite d’événements violents survenus lors de conflits de travail dans les mois précédents. Les objectifs poursuivis par le législateur étaient très clairs : diminuer les tensions lors de conflits de travail et rééquilibrer le rapport de force entre les parties.

« Appliquer les dispositions anti-briseurs de grève dans le secteur de la construction, c’est simplement le gros bon sens. On sait tous que c’est l’embauche de briseurs de grève qui génère le plus de conflits durant les négociations, alors pourquoi ne pas régler le problème dès maintenant, avant le début des négociations de conventions collectives en 2017? », s’interroge Yves Ouellet, directeur général de la FTQ-Construction.

Yves Ouellet

Témoignage d’une travailleuse

Jessica Saint-Martin est une électricienne membre de la FTQ-Construction depuis quatre ans. Elle a témoigné de la frustration qu’elle a vécue lors de la grève de 2013, alors que des employeurs exerçaient des pressions sur les travailleurs qui étaient alors en grève. « Quand tu acceptes de faire la grève pour obtenir de meilleures conditions de travail, c’est déchirant de voir que ça n’a aucun impact pour les employeurs qui continuent leurs activités. Ça crée des tensions entre les travailleurs et ça nous enlève notre rapport de force. », explique-t-elle.

L’électricienne s’inquiète également que la partie patronale n’ait aucune date butoir pour les négociations. « Pour moi, c’est clair que j’ai perdu de l’argent lors des dernières négociations. Si j’avais obtenu mon augmentation de salaire rétroactivement à la fin de la convention collective en 2013 et en 2014, j’aurais obtenu 500 $ de plus », déplore Jessica Saint-Martin.

Jessica St-Martin, électricienne et membre de la FTQ-Construction depuis 2012

Un appui inconditionnel de la FTQ

La FTQ-Construction pourra compter sur un appui de taille pendant sa campagne de signature de pétition, puisque les syndicats de la FTQ ont adopté à l’unanimité un appui aux revendications des travailleurs de la construction. La centrale syndicale se joindra au plus important syndicat de la construction du Québec pour faire pression sur les décideurs afin que les travailleurs de la construction bénéficient des mêmes droits que l’ensemble des autres travailleurs du Québec.

« C’est avec conviction et détermination que nous appuyons la FTQ-Construction dans ses démarches pour faciliter le déroulement des prochaines négociations dans le secteur de la construction. La FTQ mettra tout en œuvre afin de convaincre les parlementaires de l’importance et de l’urgence de moderniser les relations de travail dans l’industrie de la construction », conclut Daniel Boyer, le président de la FTQ.

Daniel Boyer - président de la FTQ

Informations concernant la retraite partielle

Depuis le 1er juillet 2014, les travailleurs de l’industrie de la construction peuvent, à certaines conditions, bénéficier d’un nouveau choix de retraite : la retraite partielle.

Puisque cette option de rente est relativement récente, nous constatons, par les appels que nous recevons, que son fonctionnement n’est pas toujours bien compris. Voici donc, pour débuter, un bref rappel de ce qu’est la retraite partielle.

Ce qu’est la retraite partielle

La retraite partielle permet à un participant de :

  • demander de recevoir une première rente, provenant du compte général, en continuant d’accumuler des droits dans le compte complémentaire,

et plus tard,

  • demander de recevoir une deuxième rente, provenant du compte complémentaire, qui s’ajoute à sa première rente.

Au moment où il demande sa première rente, diverses options de réversibilité au conjoint et de période de garantie sont offertes au participant. Ses choix déterminent la prestation qui sera payable à la suite de son décès. Par ailleurs, lorsqu’il demandera  de recevoir sa deuxième rente, celle-ci aura obligatoirement les mêmes caractéristiques de réversibilité et de garantie que la première rente.

Admissibilité

Pour être admissible à la retraite partielle, le participant doit avoir au moins 21 000 heures travaillées. Sa rente accumulée au compte général doit également respecter certains critères. Il importe de bien comprendre que ce n’est pas parce qu’un participant est admissible à la retraite partielle qu’il est nécessairement avantageux pour lui de la prendre immédiatement. Avant de prendre sa décision, il est en effet capital qu’il vérifie si la rente qui lui serait payée comporte une réduction ou non. Dépendamment de l’importance de cette réduction, il pourrait alors être plus profitable pour lui d’attendre afin que le montant de la réduction diminue ou encore qu’il puisse bénéficier d’une rente sans réduction.

Renseignements personnalisés

Tous les participants au régime de retraite de l’industrie de la construction ont reçu, au cours de l’été 2015, un relevé annuel détaillant l’état de leur participation au régime. Ce dernier contient notamment :

  • leurs dates de retraite, avec ou sans réduction;
  • les prestations qui peuvent leur être payées;
  • leurs projections de rente, à savoir les montants de rente qui pourraient leur être versés s’ils continuent à travailler dans l’industrie de la construction (ces montants sont basés sur certaines hypothèses d’heures travaillées et d’intérêts crédités);
  • la prestation payable à leur décès;
  • la prestation payable en cas de cessation de participation au régime.

Les relevés annuels des participants qui ont des droits au compte général et au compte complémentaire contiennent, en page 3, des explications sur l’option de retraite partielle. À noter que ce texte a été ajouté à titre informatif seulement. Sa présence ne signifie pas que le participant y est automatiquement admissible.

Service d’accompagnement à la retraite

Pour vérifier l’admissibilité à la retraite partielle ou pour obtenir des réponses à toute question concernant la retraite, des spécialistes de la section Retraite et assurance vie offrent aux participants du régime un service personnalisé d’accompagnement à la retraite. Ils sont en mesure de fournir des explications personnalisées et vulgarisées à propos de la participation au régime, des différentes options de retraite offertes et de leurs impacts.

Ils sont également en mesure de répondre aux questions d’ordre financier, légal ou actuariel. Dans certains cas, ils peuvent aussi effectuer des projections de rente.

Pour les joindre, il suffit de contacter le service à la clientèle de la CCQ. Les préposés sauront, dans un premier temps, répondre aux questions de base concernant la retraite. Ils se feront ensuite un plaisir de diriger le participant vers un spécialiste pour répondre aux questions plus complexes qui le concernent.

Deux façons de joindre le service à la clientèle de la CCQ

  • En ligne, en visitant la section « contactez-nous » du ccq.org;
  • Par téléphone, en composant le 1 888 842-8282.

Vous pouvez aussi contacter la personne responsable de l’Association des métiers de l’acier du Québec pour vous aider à comprendre ce qu’est la retraite partielle et aussi pour vous aider dans vos démarches et de signifier les impacts vis-à-vis vos prestations d’assurance emploi ou versus les indemnités versées par d’autres organismes.

  • Par courriel au : info@amaq.org ou
  • Par téléphone : (514) 448-2928  ou  1-866-440-2298

COURS DE PRÉPARATION FINANCIÈRE À LA RETRAITE

Vous avez 54 ans et plus , vous songez à prendre votre retraite ou à diminuer vos heures de travail et bénéficier de votre fonds de pension mais vous n’êtes pas certain de prendre la bonne décision.

Pour vous aider, nous vous suggérons de suivre nos cours de préparation à la retraite.

Dès que la demande sera bien présente nous vous ferons part de l’endroit, de la date et de l’horaire du cours. Pour plus d’informations, nous vous invitons à nous contacter au 514 374-1515 ou au 1-866-374-1515 .

Bonne retraite !

Si vous êtes sans emploi et disponible à travailler